La ligne Blaye – Saint Mariens en question


Inauguration du TER RŽgiolis, le 14 avril 2014 ˆ Bordeaux. Le RŽgiolis est une gŽnŽration de rames automotrices construites par Alstom. Le design des rames a ŽtŽ conu par Franck Tallon, graphiste bordelais.

Ce vendredi 29 avril, à 17:00, l’association des usagers du train Blaye-Saint Mariens, appelle, en association avec le Collectif Blaye Bordeaux rail, à un rassemblement face à la Mairie de Blaye pour relancer la mobilisation autour de la réouverture de la voie ferrée Blaye – Saint Mariens.

Blaye passionnément, convaincue que la réouverture de cette ligne serait effectivement la solution la plus souhaitable pour assurer une liaison de transport collectif rapide et de qualité entre Blaye, le Blayais et Bordeaux, apporte son soutien aux démarches de ces deux associations. Elle salue le travail bénévole de leurs Présidents – Christian Hamard pour la première et Jean-Jacques Chaillot pour la seconde – et de tous leurs membres pour sensibiliser tant les citoyens que les élus aux enjeux de cette réouverture et faire, autant qu’ils le peuvent, avancer le dossier.

Deux observations doivent toutefois être faites :

– La première est que la question d’une liaison rapide et de qualité entre le Blayais et Bordeaux devrait faire l’objet d’une réflexion plus globale incluant l’ensemble des hypothèses qui ont été avancées (réouverture de la ligne ferrée, bien sûr, mais aussi, par exemple, mise en place d’une ligne d’autocar à haut niveau de service ou d’une liaison par le fleuve) et tenant compte des besoins non de la seule ville de Blaye mais de l’ensemble du territoire de la Haute Gironde, car c’est collectivement que nous pourrons nous faire entendre, pas chacun de son côté. Plusieurs travaux d’études ont déjà été conduits : cahiers territoriaux de la mobilité, porté par le Conseil départemental de la Gironde ; groupe de travail transports du Conseil de développement du Pays de la Haute Gironde ; pré-étude du Smiddest sur un transport nautique par l’estuaire. Tous ces travaux mériteraient d’être repris et, si nécessaire, complétés par une étude globale, sous maîtrise d’ouvrage publique.

– La seconde est que la constitution d’une intercommunalité unique pour la Haute Gironde apparaît comme un préalable quasi-indispensable, si ce n’est à la réflexion, en tout cas à la capacité de notre territoire à défendre la solution qui paraîtrait la plus pertinente, avec le poids nécessaire, devant les partenaires financiers (Région, Etat et Département) et à se faire entendre par eux. Ceux qui se sont opposés à cette intercommunalité unique ne sont sans doute pas aujourd’hui les mieux placés pour porter le dossier de la liaison Blaye-Bordeaux.