Financement de la piscine : la Ville de Blaye privée de 360 000 € par la Communauté de communes


 (Cliché Sud ouest)
En voilà un beau lièvre soulevé par les élus de Blaye passionnément, lors du dernier conseil municipal, ce mardi 19 septembre : en cinq ans, de 2012 à 2016, la Ville de Blaye s’est vue privée de 360 000 € que la Communauté de communes aurait dû lui verser après la fermeture de la piscine en 2012. Explications.
 
Depuis la mise en place d’une taxe professionnelle unique, perçue par la Communauté de communes, celle-ci reverse à chaque commune une part du produit de cette taxe. Pour calculer ce montant, on déduit notamment tous les coûts assumés par la Communauté de communes pour l’exercice de compétences que les communes lui ont transférées. C’est ainsi que, depuis 2002, date du transfert de la compétence piscine de la Ville de Blaye à la Communauté de communes, 72 000 € sont déduits, chaque année, de la somme versée à la Ville de Blaye.
 
Ce prélèvement aurait dû prendre fin en 2012 lorsque la Communauté de communes a pris la décision de fermer la piscine au public. On a découvert hier qu’il n’en a rien été. Depuis cinq ans, chaque année, la Ville de Blaye a ainsi été privée, sans aucune justification, de 72 000 € par la communauté de communes, soit 360 000 € en tout !
 
Questionné hier par Louis Cavaleiro, Denis Baldès (qui est à la fois Maire de Blaye et Président de la Communautés de communes) a essayé d’expliquer ce qui ressemble au minimum à une incroyable erreur de gestion au détriment de la Ville de Blaye, en plaidant que, sur cette période, Blaye avait bénéficié d’un gros investissement de la Communauté de communes avec la Maison de Santé. Explication qui n’est absolument pas recevable, car la Communauté de communes avait de toute façon décidé de réaliser cette Maison de santé et il était, dès le début, convenu que ce serait à Blaye sur le terrain de la ZAC Hausmann. Et s’il y avait dû y avoir une réaffectation du prélèvement de 72 000 €, elle aurait dû être explicitement débattue et votée.
 
Dans cette affaire, les finances de la Ville de Blaye ont bien été lésées de 360 000 € et il va clairement falloir trouver comment la situation peut être rétablie.