Intervention au D.O.B. 2019


DOB 2019
DOB 2019

Monsieur le Maire, Monsieur le 1er Adjoint, rapporteur du DOB, Chers Collègues

Pour préparer cette séance du Conseil Municipal consacrée au Débat d’Orientation Budgétaire, nous nous sommes attachés à relire l’ensemble des débats de cette nature qui ont égrainé la période 2008-2018.
Cela fait dix ans, Monsieur le Maire, que vous dirigez la commune de Blaye
Afin que chacun mesure le chemin parcouru durant cette période, nous avons regardé l’évolution de deux indicateurs qui sont communément utilisés pour diagnostiquer la santé financière d’une collectivité : l’épargne nette et la capacité de désendettement.
L’épargne nette, mesure la capacité de la collectivité à dégager de l’autofinancement pour financer son investissement, après avoir remboursé son annuité de dette.
En 2008, quand vous êtes arrivé aux affaires,cette épargne nette était de 1 179 247 €. A la fin de l’exercice, au CA 2018 estimé, cette épargne nette sera de 297 992 €. au BP suivant vos projections pour 2019, elle sera de 30 064 €, au BP 2020 suivant vos projections, elle serait négative à – 6 047 € ; négative également à – 24 169 € en 2021 et en 2022 négative à – 29 147 €.
Cela signifie qu’à terme, nos recettes courantes ne permettront plus de rembourser l’annuité de la dette. Il faudra faire appel aux recettes propres d’investissement que sont , par exemple, des ventes sur le foncier, soit faire appel de nouveau à l’emprunt, soit à l’augmentation de la fiscalité,
Sur le fonctionnement, sur la période 2013 2018, les dépenses de fonctionnement, passent de 4 702 055 € à 4 794 416 soit + 92 361 € , alors que, dans le même temps, les recettes de fonctionnement passent de
5 410 835 € en 2013 à 5 321 450 € en 2018, soit moins -89 385 € dû en partie à la baisse de la DGF et des subventions de l’état,
Sur l’investissement, les dépense d’investissement sur la période 2013-2018 baissent de 1 million € et les recettes d’investissement sur la même période baissent de 60 000 €.
Sur l’endettement, notre capacité de désendettement s’analyse à travers le ratio encours de dette/ épargne brute.
En 2013, ce ratio était de 3,42. Il est en 2018 de 4,8.
Avec le nouvel emprunt, proposé pour le prochain exercice, vos prévisions du DOB prévoit un emprunt de 1 200 000 € avec une baisse de l’épargne brute ,qui passe de 535 992 € à 257 446 € en 2019, le ratio atteindra 13,98 en 2019 ; 16,10 avec l’emprunt prévisionnel de 700 000 € en 2020, et 16,39 en 2021. Ce qui revient à dire que l’emprunt d’aujourd’hui, constituera la dette de demain et la fiscalité d’après-demain.
Il est unanimement admis par les analystes financiers -qu’ils soient de l’administration publique, des cabinets indépendants ou de la Chambre régionale des comptes que la côte d’alerte se situe entre 10 et 12. Alors que jusque là, vous aviez contenu ce ratio entre 4 et 4 et demi, il dérape compte tenu de la diminution importante de l’épargne.
Les projections qui nous sont présentées ce soir pour 2019, 2020 et 2021
ne sont pas de nature à nous rassurer. L’encours de dette qui était de 2 626 311 € en 2018 sera porté à 3 598 929 € en 2019 puis à 4 041 814 € en 2020, soit une progression abyssale en 2 ans.
L’annuité de la dette, qui baissait depuis plusieurs années, passant de 620 689 € en 2013 à 338 637 en 2018, progressera elle aussi en 2019 et 2020 de plus de 200 000€, en remboursement de capital, sans compter les intérêts, qui dépendront du taux de l’emprunt négocié, ce qui contribuera, là aussi à amputer nos capacités d’autofinancement et à détériorer en 2019 et 2020 l’épargne nette.
Nous nous sommes attachés, Monsieur le maire, à aborder le débat budgétaire en voulant vous faire partager un diagnostic objectif de la situation financière à venir de notre commune, afin que vous preniez les mesures indispensables lors du vote du Budget, pour inverser la dégradation qui ne manquera pas de se produire au regard des éléments exposés ci-dessus.
Pour parfaire, notre analyse, nous vous invitons à suivre plusieurs pistes de réflexion.
Suite à la lecture et à l’analyse de la structure de la dette de la ville, nous nous sommes aperçus que de nombreux emprunts réalisés auprès du Crédit Agricole et de la Caisse d’ épargne, entre 2007 et 2013, avaient des taux d’intérêts supérieurs à ceux que l’on pourrait obtenir aujourd’hui sur le marché, se situant dans une moyenne de 4,5 %, avec un capital restant dû globalisé de plus de 3 000 000 €, en dehors de l’ emprunt prévu au DOB.

Est ce que vous avez envisagé une nouvelle renégociation de ces emprunts ?
De notre point de vue, Il nous semblerait donc intéressant, voir indispensable, qu’un audit sur la structure de la dette, soit fait par vos Services, afin de voir qu’elles sont les possibilités de renégociation sur ces emprunts, en baissant le taux d’intérêt, et ainsi dégager, en réduisant le montant des annuités sur capital et intérêt, des économies substantielles et regagner ainsi des marges de manœuvre budgétaires.
Nous ne doutons pas que le recrutement d’un agent de catégorie A chargé des affaires juridiques puisse aider à la construction des dossiers de renégociation,
Ensuite, sur les principaux projets d’investissement, nous vous avons réitéré notre opposition politique à la création d’une aire de camping-car à 650 000 €, et nous pensons également que la construction d’un Office de tourisme surdimensionné sur la Ville de Blaye par la CCB, engendre des dégâts collatéraux sur le Budget municipal, puisqu’il faut financer à hauteur de 446 000 € l’aménagement de la place de la Citadelle, on peut aussi y ajouter le coût exorbitant des toilettes publiques de la Citadelle.
Pour le reste, ce Budget Municipal nous dirons que c’est comme les séries télévisées, Il se décline en saison :
Saison 1 en 2016 à saison 7 en 2022, pour le confortement de la falaise et des remparts,
Saison 1 en 2017 à saison 4 en 2020, pour l’aménagement urbain de Place de la Citadelle,
Saison 1 en 2017 à saison 4 en 2020, pour la réfection et l’étanchéité de la toiture du Gymnase Titou Vallaeys,
Saison 1 en 2018 à saison 3 en 2020, pour la création de l’aire de camping-car,
Saison 1 en 2018 à saison 3 en 2020 pour l’aménagement de la Place Grasillier et enfin une petite série, en 2 saisons 2019-2020 pour les abords du Club House. Tout cela financé par l’emprunt sur 2 exercices budgétaires à hauteur de 1 900 000 €,
La seule différence avec les séries télévisées, où l’on change de scénario à chaque saison, à Blaye, c’est juste pour occuper l’écran du site Web et le magazine municipal, visant, à faire croire que l’ exécutif est tout le temps en action avec les mêmes projets sur plusieurs exercices budgétaires,
Pour le reste, hors autorisation de programme, juste de l’entretien courant dans les écoles, dans les bâtiments sportifs et bâtiments administratifs,
Dans ces investissements d’entretien, la voirie est tout de même le parent pauvre de ce DOB, quelques trottoirs refaits un peu d’éclairage, c’est tout .
Nous aurions aimé pour Blaye, un peu plus d’ambition et de rénovation en la matière , pour ceux qui sont amenés à visiter notre ville,
Par exemple, nous aurions aimé que la requalification de l’aire de stationnement derrière le Cinéma et la Bibliothèque , qui ressemble plus, à un grand cloaque qu’à un parking, soit inscrite à ce DOB.
Nous aurions aimé également que l’on se penche sur la réhabilitation et la sécurisation de la rue du Docteur Boutin, détériorée par les travaux de la construction de l’Epahd, le passage journalier des bus scolaires, et qui est dangereuse pour les collégiens qui la traversent,
Nous aurions souhaité aussi, voir se profiler la réhabilitation des trottoirs et parkings derrière le groupe scolaire Malbéteau, ainsi que Place des Cônes devant le Centre de radiologie et le cabinet d’ophtalmo.
Ces équipements sont utilisés, par les scolaires, par les personnes âgées, des Blayais, au quotidien, mais sont laissés à l’abandon au profit de la réalisation d’autres projets, à notre avis, moins prioritaires et moins urgents, comme la réalisation d’une aire de camping car où des toilettes surdimensionnés et au coût non négligeables pour les finances de la Ville,
Mais voilà, nous avons deux visions différentes pour notre ville, nous sommes, nous, pour l’amélioration de la vie quotidienne des Blayais, pour entretenir l’existant, pour un mieux vivre au quotidien, pour des équipements sportifs rénovés et de qualité,
Nous pensons, comme vient de le rappeler notre groupe sur la délibération n°18 que les investissements doivent être plus équilibrés, entre investissements dans l’accueil touristique et investissements d’équipements de biens à usage direct pour les Blayais.
Bref, nous sommes pour ce qui touche d’abord, au mieux vivre ensemble et à l’humain, soit favorisé.

Intervention de Patrick Baillargeat – Conseil municipal du 5 février 2019 –
Débat d’orientation Budgétaire